Flots des mers

L'Océan Indien devant le Pétrel Blanc
L’Océan Indien devant le Pétrel Blanc.

Flots qui portiez la vie au seuil obscur des temps,
Qui la roulez toujours en embryons flottants
Dans le flux et reflux du primitif servage,
Éternels escadrons cabrés sur un rivage
Ou contre un roc, l’écume au poitrail, flots des mers,
Que vos bruits et leur rythme immortel me sont chers !

Flots des mers – Les Lèvres closes – Léon Dierx (1838 † 1912)

, , , , markiert

Kommentar verfassen