Qui sommes-nous ? Où sommes-nous ?

Le Pétrel Blanc

Résidence Les Sternes
10 allée des Coraux (ancien “chemin du Coghor”)
97426 Les Trois-Bassins
Ile de La Réunion
France
+33 6 60 71 78 71

Nous sommes là !

Venir au Pétrel

A la Réunion, les transports en commun sont difficiles, si vous voulez découvrir l’île dans de bonnes conditions, nous vous conseillons vivement la location d’une voiture. Néanmoins, il existe des bus effectuant les trajets inter-urbains, service assuré par la compagnie les Cars Jaunes. Pour rejoindre l’allée des Coraux, descendez à l’arrêt Souris Chaude (lignes S3, S4 et O2).

Si vous venez en voiture :

  • Pour avoir un itinéraire routier précis entre l’aéroport de Saint-Denis Rolang Garros et le Pétrel Blanc, cliquez dans la carte routière ci-dessous sur le lien “Plus d’option” pour ouvrir cette carte dans un nouvel onglet de navigation, puis cliquez sur “Détails”.
  • Notez bien aussi que la plupart des services de GPS et des systèmes de navigation embarqués continuent d’utiliser l’ancien nom de notre rue : “Chemin du Coghor” et non : “Allée des Coraux”.
  • Lorsqu’il vous faut quitter la D100 (la route des plages, entre Saint-Gilles et l’Etang-Salé) pour prendre l’Allée des Coraux, la route est à cet endroit en 2×2 voies avec un terre-plein central. Aussi, si vous venez du Sud de l’Ile, de Saint-Pierre ou de Saint-Leu par exemple, vous ne pourrez pas couper la route pour tourner à gauche dans l’Allée des Coraux. Continuez un peu plus loin et faites demi-tour sur le parking du spot des surfeurs de la pointe des Trois-Bassins pour revenir dans le sens Saint-Gilles => Saint-Leu et pouvoir ainsi tourner à droite dans l’Allée des Coraux.

Pourquoi ce nom de Pétrel Blanc ?

Le nom choisi pour l’appartement constitue un double clin d’œil, d’une part à la résidence Les Sternes (autres oiseaux des mers) où il se situe, d’autre part à la plage de la Souris Blanche.

La Réunion abrite plusieurs variétés de pétrels, dont deux espèces endémiques exceptionnelles, le Pétrél de Bourbon (Pseudobulweria Aterrima) et le Pétrel de Barau (Pterodroma Baraui).

Pétrel de Bourbon
Pétrel de Bourbon

Le Pétrel noir de Bourbon figure depuis 1994 sur la liste rouge des espèces “en danger critique d’extinction”. L’estimation de la taille de sa population est rendue difficile par son extrême rareté et est probablement inférieure à 50 couples, ce qui en fait l’un des oiseaux les plus rares au monde. Des prospections nocturnes ont permis de localiser des versants montagneux où des oiseaux sont entendus pendant la période de reproduction, ce qui suggère que ces falaises seraient favorables à la nidification. Mais l’inaccessibilité des sites et les mœurs nocturnes de l’espèce rendent les recherches ardues.

Pétrel de Barau
Pétrel de Barau

Le Pétrel de Barau – appelé Taille-vent en créole réunionnais – est lui aussi menacé d’extinction. Contrairement au Pétrel de Bourbon qui est tout gris/noir, il présente un corps blanc par dessous et gris/noir par dessus. Sa population est estimée entre 6000 et 8000 couples. Après avoir parcourus plusieurs milliers de kilomètres dans l’Océan Indien durant l’hiver austral, les Pétrels de Barau reviennent chaque année à La Réunion en septembre pour la saison de reproduction. Il niche entre 2 000 et 2 800 m d’altitude (le plus haut de toutes les espèce de pétrels). Les partenaires se retrouvent chaque année dans le même terrier ! Au mois de novembre, un œuf unique est pondu au fond du terrier qui a été creusé à la force de leurs pattes palmées. La naissance du poussin a lieu vers la fin du mois de décembre, il est alors nourrit par ses parents durant 3 mois pour quitter, seul, sa colonie de naissance vers la mi-avril. Les jeunes pétrels se montrent alors très vulnérables à la pollution lumineuse : au premier vol hors du nid, qui a lieu de nuit, ils sont attirés par l’éclairage public ou privé, et n’ont ensuite plus assez de force pour rejoindre la mer. Une solution à ce problème pour ce qui concerne l’éclairage public, consiste à éteindre les luminaires publics et sportifs lors des périodes d’envol des jeunes oiseaux (5 à 10 jours par an selon les lieux). Des scientifiques ont, à La Réunion, précisé les dates critiques (dates d’envol des poussins) et un procédé dit “Horloge à pétrels” a été mis au point à La Réunion, et est diffusé en licence ouverte CC-BY-SA pour faciliter sa diffusion et son appropriation.

Le programme LIFE+ Pétrels a pour finalité d’enrayer le déclin des pétrels endémiques de la Réunion, emblèmes de la valeur exceptionnelle de la biodiversité réunionnaise. Ce projet a pour objectif de réunir l’ensemble des acteurs et usagers de l’île pour sauver ces espèces au bord de l’extinction, fortement menacées par les prédateurs introduits et la pollution lumineuse des villes.